Autour des apprentissages

Quand les apprentissages deviennent un problème pour l’enfant, et une fois que sont levés tous les paramètres physiologiques ou neurologiques qui peuvent faire obstacle, la psychologue travaille avec lui les dimensions affectives de ses difficultés (estime de soi, inhibition, anxiété, contexte, etc.), parfois en partenariat avec d’autres professionnels de santé (orthophoniste, psychométricien, sophrologue, médecin, etc.). Ensemble, ils l’accompagnent, en faisant équipe avec les parents et les enseignants, pour surmonter ses empêchements et lui permettre de s’ouvrir à de nouvelles possibilités.

Sandrine SMILOVICI

Quand rencontrer votre psychologue ?

Des fiches pour apprendre à mieux apprendre :

French+Six+Strategies+for+Effective+Learning+posters

« le cerveau ne pense pas tout seul » (article) :

Les progrès de l’imagerie cérébrale ont réactivé un vieux fantasme : celui de pouvoir tout expliquer par l’observation du cerveau — la pauvreté, la délinquance, l’échec scolaire… Lourde de dérives potentielles, cette illusion repose sur de fausses évidences.

« (…) Car le cerveau est le substrat matériel de notre activité mentale, mais il ne pense pas ; seule la personne pense. Et le contenu de ses pensées trouve son origine à l’extérieur du cerveau, dans son environnement interne et externe. L’image ne donne pas à voir des pensées, mais des corrélats biologiques de ce que fait un être humain quand nous disons qu’il pense : activité électrique, variation du flux sanguin, etc. Le cerveau est la condition objective de la réalité mentale, mais c’est cette réalité mentale qui le façonne. Oublier ces deux faits relève de la neuromythologie scientiste ».

Evelyne Clément, Fabrice Guillaume, Guy Tiberghien & Bruno Vivicorsi